Se laisser guider

IMG_2252Être guidé en permanence, ne pas se poser de question sur ce qu’il est mieux de faire à un moment donné, sentir le flux de la vie nous emmener là où c’est le plus efficace, le plus utile, le plus cohérent pour nous en fonction de notre expérience de vie actuelle… Les moments où l’on expérimente cette sensation laissent des marques inaltérables.

Quoi de mieux que de se lever, et n’avoir qu’à être. Etre. Etre soi. Etre mouvement, être action, être paroles, être joie. Être pleurs aussi parfois, sentir les émotions nous faire nous mouvoir dans un sens et réajuster en fonction. Apprendre de ces mouvements. Et être de nouveau.

Quand le cerveau s’en mêle, cela donne lieu à des interrogations de tous les instants « dois-je faire ceci ou cela ? », « qu’est-ce qu’il/elle va en penser ? », « est-ce que c’est le bon chemin ? »…

Quand on se laisse guider par notre « soi supérieur », par cette force qui nous a montré sa puissance et sa justesse, cela donne plutôt « dois-je commencer par… ok, je vais par là », « donne-moi un signe pour me confirmer la direction que j’emprunte », « merci, oh merci pour ce que tu me permets d’expérimenter ».

Se laisser guider demande à la fois beaucoup d’expérience et de confiance. Avoir testé différentes méthodes pour savoir reconnaître celles qui sont fiables pour écouter cette guidance. Avoir observé, encore et toujours, nos réactions, nos schémas, nos programmes conscients et inconscients pour pouvoir ne plus agir à partir d’eux et simplement les voir se mettre en route… de moins en moins souvent.

Enlever les couches de formatage, redécouvrir l’essentiel.

Se laisser guider, c’est une conscience que nous sommes accompagnés à chaque instant, ne serait-ce que par nous-même ! C’est avoir cette foi que tout ce qui arrive se produit pour notre plus grand bien, pour notre apprentissage, pour notre évolution. C’est se souvenir que depuis nos yeux et nos sens physiques nous n’avons pas accès à la vue d’ensemble. Donc soi nous prenons de la hauteur pour tenter d’élargir nos perceptions et entre-apercevoir cette vision, soi nous trouvons l’accès à ces ressentis qui ne se trompent pas, qui savent où nous faire poser le prochain pas, qui dirigent nos gestes physiques de la façon la plus parfaite qui soit tant que nous leur faisons confiance à 100 %.

100 %. Pas moins. C’est la foi de celui qui marche sur l’eau, car il le sait. Il sait qu’à ce moment-là sa conscience ne le trompe pas. Aucune place pour le doute où le mental qui s’interroge.

Se laisser guider, ce n’est pas être aveugle, bien au contraire. Ce n’est pas faire confiance à quelque chose d’extérieur. C’est quelque chose d’instinctif et que pourtant nous devons réapprendre. L’expérimentation en conscience est un chemin. Le choix est incontournable : par quoi est-ce que je souhaite être guidé ? Quel est mon plus haut but en cette vie ? Où est-ce que je souhaite aller ?

Car cette guidance obéira à ce qui nous porte. Et inversement. Si je ne suis pas conscient d’où je souhaite aller, j’irai quand même mais cela prendra plus de temps à notre guidance pour nous y emmener, faute de savoir comment l’écouter. Si je suis à l’écoute de mon cœur, de cette ouverture qui est l’amour, si je m’aime au point d’abandonner toutes les croyances que je peux avoir sur moi et de me redécouvrir à chaque instant, alors les portes me sont ouvertes.

 

4 comments

  1. « …si je m’aime au point d’abandonner toutes les croyances que je peux avoir sur moi et de me redécouvrir à chaque instant, alors les portes me sont ouvertes. »

    MERCI Pénélope ! C’est exactement ça que j’avais besoin d’entendre (ou de lire) aujourd’hui !

  2. Inspir ….Expir…. la joie au coeur est là tout simplement dans l’instant d’ Etre.
    Gratitude, Pénélope de nous faire partager et ressentir chaque moment intense dans nos connexions.
    Merci Merci Merci pour toutes ces magnifiques instants de Vie.
    Un Grand Feu du Coeur à toute la Famille.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *