Je veux changer, comment faire ?

Photo ©Pixabay

A cette question, je commencerais par répondre « Que veux-tu changer ? »

– Tout… Ma vie ça ne va pas…
– Ta vie ? Reprends étape par étape, que veux-tu changer ?
– Et bien… mon travail ça ne va pas, et puis à la maison c’est compliqué, et aussi l’argent et puis, enfin tout quoi !
– Si tu pouvais changer quelque chose en premier, ce serait quoi ?
– Mon corps !
– Ah… Et que souhaiterais-tu changer dans ton corps ?
– Bah, perdre du poids. Je suis trop gros. Je ne me sens pas bien. Je m’essouffle vite.
– Est-ce que tu as envie de changer ton corps pour toi ou pour les autres ?
– … ?
– Est-ce que tu as envie de changer ton corps pour toi ou pour les autres ?
– Je ne comprends pas… C’est mon corps, c’est pour moi..
– Tout dépend. C’est possible. Mais il faut que tu commence par regarder honnêtement quel regard tu portes sur ton corps. Travailler sur l’essoufflement ce peut être une question d’endurance, d’allergie, ou de rapport à la vie. Le poids peut être lié mais cela peut n’avoir aucun rapport. Donc, revenons-en à la question de base : Si tu peux changer quelque chose en premier, qu’est-ce que c’est ?
– Euh…. Je ne sais pas… Peut-être le poids, parce que je ne m’aime pas comme ça.
– Vraiment ?
– Je ne sais pas. Je crois.
– D’accord.
– D’accord ?
– D’accord.
– Et donc ?
– Et bien c’est moi qui te pose la question : et donc ?
– Bah il faut que je perde du poids ?
– Pour t’aimer ?
– Oui ?
– Tu n’as pas l’air bien sûr de toi…
– Je pense que je vois où tu veux en venir. L’amour que je me porte ne devrait pas dépendre de mon poids, surtout que ce n’est pas grand-chose chez moi. Peut-être que ce n’est pas le problème principal mais une conséquence.
– Intéressant.
– Donc en fait, la question est soit : comment m’aimer comme je suis, soit comment me sentir mieux dans mon corps, mais les deux ne devraient pas être directement liés. C’est ça ?
– C’est possible, et peu importe, ce qui compte c’est ce que la réflexion t’apporte, continuons. Par quoi veux-tu commencer alors ?
– Le poids. Je crois que je me sentirais mieux si je perdais ces kilos accumulés depuis des années.
– Est-ce que tu connais les raisons de l’accumulation ?
– Oh c’est facile, je mange trop ! Et pas bien. Je suis souvent en déplacement, je n’ai pas le temps…
– Est-ce que ces déplacements te plaisent ?
– Eh bien… Au début oui, c’était une sorte de liberté, j’y trouvais quelque chose de nouveau, et puis je me sentais utile. Mais ça c’était il y a des années. Maintenant non, c’est juste un rythme de fou, et pour quoi ? Je ne vois plus ma famille, je dors mal, je ne sais plus à quoi ça sert, je le fais en automate.
– Hum hum.
– …
– …
– Oui. Je vois. Je comprends. Peut-être devrais-je commencer par là.
– Si tu pouvais faire ce que tu voulais comme activité dans tes journées, à quoi est-ce que cela ressemblerait ?
– …
– Tu veux prendre le temps d’y réfléchir ? On en reparle dans quelques jours ?
– Bonne idée, merci.
– Je t’en prie. Prends soin de toi.

Conclusion : La vie ne change pas sans toi.

La. Vie. Ne. Change. Pas. Sans. Toi.

Ou alors ça s’appelle une catastrophe, un cataclysme, un évènement perturbateur, et c’est rarement ce que tu espères en première intention.

Trouve ta priorité, expore-la, vois ce que tu peux en faire, remets tout en question, demande-toi ce qui est juste pour toi.

Et avance. Fais un pas, même un petit, même un pas de côté, peu importe, bouge. Prends une décision, et accorde-toi le droit de changer d’avis, de changer de voie.

C’est ta vie. Oui tu as des interactions avec d’autres humains, d’autres systèmes, mais comment nourrir ces interactions de positif si tu n’en peux plus toi-même ? N’attend pas que cela change autour de toi. Cherche là où tu peux commencer, et bouge quelque chose, n’importe quoi. Le mouvement appelle le mouvement, une fois que tu commences à déplacer un caillou le paysage commence immédiatement à se transformer. Ne le fais pas pour les autres, sauf si tu as besoin de cette motivation et que cela t’aide toi. Garde le cap, garde l’horizon, garde toi. Reviens aux bases, à ce qui te fait plaisir, ce qui te met en joie. Souviens-toi de ce rêve mis de côté, de cette envie repoussée, de ce désir non écouté. Fais quelque chose qui te plait. Et regarde comment ça modifie ta vie.

Et viens me raconter en commentaire 😉

A bientôt !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *